Réserve Internationale de Ciel Etoilé

Alpes Azur Mercantour

France 

 

Logo RICE Alpes Azur Mercantour
 
En décembre 2019, le territoire "Alpes Azur Mercantour" a reçu le label "Réserve Internationale de Ciel Etoilé" (RICE) de la part de l'International Dark Sky Association, qui est basée aux États-Unis. Il valorise une qualité de ciel nocturne remarquable et incite les régions à mettre en place des mesures visant à diminuer la pollution lumineuse et à préserver leur ciel nocturne. En recevant ce label exceptionnel, le territoire gagne en reconnaissance à l'échelle mondiale, à la fois grâce à la qualité de son patrimoine naturel et à l'engagement de ses collectivités pour un ciel nocturne de grande qualité.

Le Parc national du Mercantour, le Parc naturel régional des Préalpes d'Azur et la Communauté de communes Alpes d'Azur ont soutenu le projet, en collaboration avec le Département des Alpes-Maritimes dans le cadre de son GREEN Deal.

Grâce à ce label, notre région fait partie du cercle restreint des observatoires astronomiques et des parcs nationaux et départementaux qui veillent sur leur ciel :

  •  14ème à l'échelle mondiale, avec le Pic du Midi de Bigorre dans les Pyrénées (2013) et le Parc national des Cévennes (2018)
  • 3 ème en France 
  •  1ère dans le sud-est 

Cela permet aux territoires de ces espaces naturels protégés de se démarquer par leur excellence, tout en favorisant l'éco- et l'astro-tourisme en leur sein. C'est un projet ambitieux et structurant pour les territoires.

Son territoire

La Réserve Internationale de Ciel Etoilé Alpes Azur Mercantour englobe une partie du Parc national du Mercantour, du Parc régional des Préalpes d'Azur et de la Communauté de Communes Alpes d'Azur, ce qui représente une part significative du territoire des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence.

Son histoire d'astronomie  

Allant du plateau de Calern aux sommets du Mont Mounier, en passant par la Cime de l'Aspre, le Col de la Bonette-Restefond et le Vallon de la Moutière, est une terre d'astronomie remarquable, reconnue comme telle depuis la fin du 19ème siècle et régulièrement choisie pour y établir des structures d'observation, de test ou encore d'expérimentation :

  • 1893 Mont Mounier - Succursale de l'Observatoire de Nice.

  • 1966 Cime de l'Aspre - Prospection nationale pour l'implantation d'un télescope de 3.50 m.
  • 1969 Plateau de Calern - Implantation d'un observatoire astronomique et géodésique toujours en activité.
  • 1972 Foux d'Allos - Station astronomique du LAS de Marseille pour le test d'instruments d'observation spatiaux dans l'ultraviolet.
  • 2011 Vallon de la Moutière - Expérimentation de l'hypertélescope en partenariat avec l'OCA et le Collège de France.
  • 2017 Barcelonnette - Projet d'installation au pôle universitaire Séolane de la Lunette du Père Josset.
Implication des communes 

La préservation de la qualité du ciel nocturne des Alpes du sud est cruciale pour les territoires du Parc naturel régional des Préalpes d'Azur, de la Communauté de Communes Alpes d'Azur et du Parc national du Mercantour, situés aux portes du littoral azuréen. En effet, le nombre de points lumineux ne cesse d'augmenter et la pollution lumineuse gagne chaque année davantage de terrain.

© Yohan Archambaud
© Marian Malaquin

Des communes pionnières du Mercantour, des Alpes et Préalpes d'Azur ont été incitées par cette prise de conscience à entreprendre des actions visant à combattre la pollution lumineuse. Douze communes du territoire ont été récompensées par le label Villes et Villages Etoilés pour avoir modifié leur parc d'éclairage public : Barcelonnette, Briançonnet, Cipières, Entraunes, Gourdon, Péone, Revest-les-Roches, Saint-Cézaire-sur-Siagne, Saint-Jeannet, Spéracèdes, Val d'Oronaye et Uvernet-Fours.

Impacte de la lumière sur les espèces 

Le projet se trouve à un endroit stratégique en termes de biodiversité nocturne : les nombreuses chauves-souris, la chouette de Tengmalm, ainsi que de magnifiques papillons de nuit tels que l'Isabelle de France, sont des espèces significatives de la RICE.

Cependant, la présence de lumière artificielle a des conséquences néfastes sur la vie de ces espèces et sur leur environnement. Les conséquences de la pollution lumineuse sur la faune, la flore et l'homme sont multiples, qu'il s'agisse de désorientation, d'attraction, de répulsion, de collision, de perturbation des migrations, de la reproduction, de la pollinisation ou simplement de modification de l'alternance jour/nuit.

Image
Chenille du sphinx de l'euphorbe
Quelle solution pour remédier 

À la différence d'autres perturbations causées par l'homme, la pollution lumineuse ne laisse aucun résidu. La présence de cette caractéristique nous aide à inverser les tendances. Il est possible de mettre en œuvre des ajustements dans l'utilisation de la lumière pendant la nuit afin de réduire au minimum l'impact sur les  espèces. 

Plusieurs études ont déjà été menées par les partenaires de la RICE pour mieux comprendre et mesurer l'évolution des espèces suite à une diminution de la lumière.

La demande du label RICE et son plan d'action ont été récompensés par le label de Contrat de Transition Écologique.

Territoire Alpes Azur Mercantour